Master TRANS—
HEAD – Genève
HEAD genève

Community

Le master TRANS– accueille les étudiant-e-s qui souhaitent engager leur pratique artistique dans des projets collaboratifs avec des structures sociales et/ou éducatives (écoles, maisons de quartier, institutions de santé, associations d’aide aux personnes migrantes…), ainsi que dans des pratiques de médiation culturelle (impliquer différents groupes dans des relations critiques avec les institutions artistiques).

Paris
 Nicolás

Intervenant·e·x·s

https://kadist.org/people/nicolas-paris/

Barreto Menna Jorgge

Intervenant·e·x·s

https://jorggemennabarreto.com/

Lefkowitz Myriam

Intervenant·e·x·s

http://www.leslaboratoires.org/artiste/myriam-lefkowitz-0

Perritaz Alice

Étudiant·e·x·s 2019-2021

" Entre art et science, je m’intéresse au rapport que l’humain entretient avec la Nature à travers divers points de vue. Intrinsèquement lié à mes propres expériences, mon travail tente de provoquer des réflexions sur la façon dont les actions et les interventions humaines modifient la faune et la flore. Dans ma pratique artistique se mêlent des histoires personnelles et d’autres. Des anecdotes qui croisent des faits scientifiques, une question anodine qui prend de l’ampleur, une discussion avec ma grand-maman qui nous fait réfléchir à des questionnements bien plus vastes. J’aime ses divers registres, faire des liens entre les choses. Je développe différentes pistes, je fouine, je passe du général au particulier, saute d’un motif à un autre, sans point de vue hiérarchisé. L’agencement de ses divers éléments dans ma pratique prend la forme d’installations, de vidéos, d’éditions ou de performances avec toujours un dispositif polyphonique. " En master TRANS –, Alice co-crée le collectif Limonade, qui s'intéresse à notre lien avec le vivant à travers des performances poétique. Son projet de diplôme Comment se passe la journée d'une fourmis ? interroge notre manière de parler des questions environnementales aujourd'hui, à travers une installation et une performance.

Marion Léonie

Étudiant·e·x·s 2019-2021

"Dans mon travail, je m'intéresse à la relation de l'humain avec l’environnement, impliquant des notions de territoire et d’identité. Ces réflexions s’inscrivent dernièrement dans un questionnement plus large autour du médium photographique et ses modes de représentation, ainsi que la question de perception et de réception des images dans une époque sur-saturée par la diffusion de ces dernières." Diplômée du master TRANS — en 2021, elle interroge dans son travail de diplôme Relever la nuit le rayonnement lumineux, au fondement de la photographie, ainsi que l’impact de nos modes de vies contemporains sur les écosystèmes. Elle développe son travail au sein d'expositions - comme dernièrement au IPFO-Haus der fotografie à Olten - et est assistante pédagogique et technique au pool photographie de la HEAD-Genève depuis la rentrée 2022. Elle a également co-fondé le collectif Limonade dans le cadre du master, qui s'intéresse à notre lien avec le vivant à travers des performances poétique.

Reber Marie-Sabine

Étudiant·e·x·s 2016-2018

Casot Benoit

Étudiant·e·x·s 2021-2023

Li Chaolin

Étudiant·e·x·s 2021-2023

Mermoud Charlotte

Étudiant·e·x·s 2022-2024

Sholette
 Greg

Intervenant·e·x·s

http://www.gregorysholette.com/

Nurock Alexandra

Étudiant·e·x·s 2015-2017

Martin Valentine

Étudiant·e·x·s 2020-2022

Grégoire
 Axelle

Intervenant·e·x·s

https://igd.unil.ch/axelle.gregoire/

Rosabrux

Intervenant·e·x·s

http://rosabrux.org/

Good Mathias

Étudiant·e·x·s 2014-2016

Romero Luz

Étudiant·e·x·s 2019-2021

Née à Bogota, en Colombie, Luz Romero y a suivi des études d’anthropologie et s’est impliquée dans divers initiatives culturelles. Habitant la Suisse depuis 2010, elle est titulaire d’un master en sciences sociales de l’UNIL. Après avoir travaillé à l’ONU et pour diverses associations locales, elle a décidé de reprendre des études en arts visuels et suis actuellement le Master-TRANS à la HEAD. Souvent inspirée du pluri-verse artistique et culturel sud-américain qu’elle utilise comme référentiel privilégié, elle s’intéresse à la création d’« environnements » où s’entremêlent sculpture, performance, graphisme et son. Pour son diplôme en 2021, elle réalise une pièce sonore intitulée Sin domicilio fijo.

Bureau d’études


Intervenant·e·x·s

http://bureaudetudes.free.fr/cas.html

Cardinaux Luana

Étudiant·e·x·s 2021-2023

Bilanovic Vesna

Étudiant·e·x·s 2017-2019

Clément Greg

Étudiant·e·x·s 2016-2018

Gase Léa

Étudiant·e·x·s 2022-2024

Alinejad Maryam

Étudiant·e·x·s 2018-2020

Maryam Alinejad, est une artiste et écrivain originaire d’Iran. Elle habite à Genève où elle pratique les arts visuels et enseigne l'art. Elle est diplômée en 2021 du master TRANS –. Ses oeuvrent ouvrent un dialogue entre sa collection de photographies datant de la révolution de 1979 en Iran et les questions d’identité et de sexualité au travers d’écrits, de peintures, gravures, dessins, collages ou installations. Tous ses projets sont le fruit de recherches et d’un travail documentaire, qui peuvent avoir nécessité des années de travail. Elle explore intentionnellement les mêmes questions de façon répétée : à mesure que la collection évolue, de nouvelles oeuvres naissent. Pour son diplôme, elle a proposé une installation d'archives photographique, present continuous. Elle a également participé à plusieurs expositions en Suisse et en Iran.

Jambers Marie

Étudiant·e·x·s 2022-2024

Mottet Marine

Étudiant·e·x·s 2019-2021

Artiste, ouvrière menuisière, féministe, Marine s'intéresse au quotidien et aux esthétiques aussi bien des objets que des situations, directement reliées entre elles, qui l'occupent. La non-hiérarchisation des différentes pratiques, techniques et matériaux fait partie intégrante de sa production. Ses pièces hybrides, directement inspirées de techniques venant du monde de l'artisanat aussi bien que de processus ancrés dans le quotidien, invitent à projeter d'autres imaginaires, plus inclusifs et optimistes, dans la réalité. Au cours de son cursus en master TRANS —, elle a également co-créé le collectif Care Club impliqué à Belle-idée à Genève, avec lequel elle a co-conçu le site interactif écoute belle-idée.

Oberson Jean

Étudiant·e·x·s 2015-2017

Caille Lucie

Étudiant·e·x·s 2019-2021

Boechat Nicole

Étudiant·e·x·s 2022-2024

Dias & Riedweg


Intervenant·e·x·s

https://www.centrephotogeneve.ch/artist/mauricio-dias-walter-riedweg/

Diallo Kadiatou

Intervenant·e·x·s

http://kadiatoudiallo.com/

Denis Grace

Étudiant·e·x·s 2018-2020

Grace Gloria Denis’s work converges agricultural research with interactive installation, incorporating edible material, sound, and image to propose a convivial and comestible approach to critical inquiry. Implementing the meal as both a medium and a pedagogical tool, her work refers to participatory action research models, engaging in collaborations with actors in local food systems. Her work considers the meal, or quotidien interaction with edible matter, as a poetic tool of transmission, inviting a reimagination of sensorial relationships to consumption practices. She received her BFA from Cal Arts and her MFA from TRANS at Haute école d'art et de design de Genève (HEAD), with a focus on critical pedagogy and socially engaged practice. Her work has been exhibited in Mexico, the United States, France, Switzerland, Spain, Germany, Greece, and Morocco. Grace has taught and developed non-profit arts education programs for various institutions and recently published the book In, From, and With: Exploring Collaborative Survival.

Miévaux Lomée

Étudiant·e·x·s 2015-2017

Solís Susana

Étudiant·e·x·s 2019-2021

Badaf Fanny

Étudiant·e·x·s 2014-2016

Schaub Océan

Étudiant·e·x·s 2020-2022

Raspail Magali

Étudiant·e·x·s 2017-2019

Magali a fait des études en travail social, pratique la danse/performance ainsi que la photographie. Elle s’est constitué un ensemble d’expériences qui ont enrichi sa pratique professionnelle au point d’embrasser une formation d’art-thérapeute. Entre 2014 et 2017, elle co-fonde le-corridor.org : ce protocole de création met en miroir son processus de travail photographique et performatif avec celui d’une artiste californienne qui fait du collage. Cette plateforme sert aussi d 'espace de discussion critique où les visiteurs sont invités à partager leur point de vue. En 2016, elle co-réalise une série de portraits oniriques et décalés des usagers du bord du Rhône pour le festival « À contre-courant » (ARVe). Elle anime également des cours ponctuellement à la HETS, et est médiatrice culturelle pour l'association La Marmite à Genève.

Common Interest

Intervenant·e·x·s

http://common-interest.ch/

Sevez Camille

Étudiant·e·x·s 2020-2022

Formée à l’image imprimée et aux arts graphiques à l’école Estienne à Paris et diplômée du Master TRANS en 2022, Camille se questionne sur les notions de transmission et de prendre soin. Dans son travail, elle cherche à créer du lien entre les espaces et leurs habitant·e·x·s à partir d’une boîte à outils de savoir-faire artistiques et artisanaux. Elle aime raconter des histoires, dessiner et faire des livres, et ces techniques lui permettent de créer des supports ludiques pour engager des réflexions collectives. Depuis 2021, elle travaille en binôme avec Déborah Bron sur une recherche dans les zones rurales au travers d’un projet artistique collaboratif, Réactiver les lieux. Par leur travail, elles cherchent à questionner leurs rôles en tant qu’artiste dans la transformation rurale qui est en cours, et à tracer des portraits du territoire dans lequel elles interviennent en fonction de ce que les personnes racontent, font et projettent dans ce lieu. Elles ont été lauréate du Prix Art et Humanité en 2022 avec ce projet.

Malinverni Yves

Étudiant·e·x·s 2018-2020

Fabregat Elvira

Étudiant·e·x·s 2017-2019

Elvira Fabregat Beltrán has been working through Spain, Switzerland and United Kingdom. Viewed as a creative process, Elvira’s practice navigates between theory and practice; between investigation and dialogue; between collaborative projects, critical Art History and the cultural significance of museums. 
Between 2012 and 2016 she completed her BA in Art History, through which she obtained an internship in the learning department of the national museum Museo de América. Her job consisted primarily in the co-creation and co-development of different cultural mediation programs (mainly centred on the topic of otherness) for the exhibition Pacífico y la Aventura de la Mar del Sur and the museum’s first artist-in-residence program (Proyecto Kamaní). During University times, she co-founded the first Association of Young Art Historians in Spain: Gradiva. Asociación de Jóvenes Historiadores del Arte. The aim of this association was to think about the potential of art as a tool for democratic knowledge and social change, as well as questioning the dominant discourses in the arts field. 
Motivated by this experience, she decided to enrol in the MA program TRANS where she was able to develop different artistic projects such as Projet École, conducted with a class of students aged 10-11. In this collective project, the students worked together in order to investigate how the architecture of their playground influenced their daily activities in that space. Thus, the students learned how to use art practices as a means to express the principles and practices of democratic participation, inspired by Freire, Illich or Malaguzzi. 
During her MA studies, she found a balance between theory and practice which she continued to explore in her thesis. This dissertation, elaborated with her colleague Kimiybo, focused on the creation of a collective dialogue around the concept of care through a feminist perspective, by using a deck of cards (CareCureCards) designed and produced by them. This project was activated in the exhibition Entrelacs (Live In Your Head, Geneva) as well as in the local context of the Geneva Women’s Strike (14.06.2019). CareCureCards perfectly illustrates how her artistic research blends practice, theory and collective reflection. 
During 2017 and 2019 she has continued developing her interests through the Swiss artist residencies Crayons du Soleil and the École Montessori-Aquilæ. She has co-developed artistic tools for 3-8-year-olds, eliciting collective questions and critical knowledge through engaging play. In 2017 she had created and developed artistic workshops for children focused on the figure of Frida Kahlo and Latin American culture. These workshops took place in the cultural association La Escuelita-Onex; a cultural learning space destined for migrant Latin American children. 
In 2021 and 2022 she started a postgraduate diploma at Birkbeck University of London which combines the history and cultural significance of museums with professional museum experience.

Vukovic Stoja

Étudiant·e·x·s 2017-2019

Lee Bo

Étudiant·e·x·s 2017-2019

Cavadas Kelly

Étudiant·e·x·s 2016-2018

Johnson Lavinia

Étudiant·e·x·s 2019-2021

Le master TRANS m’a permis de lier mes intérêts pour les pédagogies critiques et la médiation artistique. Via ma recherche personnelle, j’ai pu affiner mon positionnement des pratiques artistiques socialement engagées en développant une séquence dans des classes de l’enseignement primaire genevois, intitulée Cosmogonies. En parallèle, le travail collectif et les différents workshops m’ont confronté à l’élaboration de projet par la mise en commun d’outils et de perspectives. Avec le collectif Sindy, nous nous sommes penchées sur l’institution même de la HEAD, ce qui a débouché à la création du premier syndicat étudiant de la HEAD. En ce moment, je suis assistante de recherche à la Haute École de Travail Social de Genève, pour une recherche participative sur la pauvreté infantile en Suisse. Cette recherche utilise les médiums de la photographie, de la vidéo et du son afin de questionner la participation sociale et politique des enfants et des jeunes. C’est une suite à mes questionnements sur les pédagogies critiques et les possibilités de transformation sociale via des médiums créatifs. Je travaille également en tant que monitrice à la maison de quartier pré en bulle. Finalement, je développe toujours une recherche autour de la performance, avec en dernière date une collaboration avec la Cie Folledeparole.

Lafarge Louise

Étudiant·e·x·s 2017-2019

Artiste transdisciplinaire française, Louise Lafarge est diplômée du master Trans — en 2019. Elle envisage sa pratique comme un vecteur possible de transmission et d'échange. Aux travers de ses nombreuses rencontres, elle explore différents médiums : performance, chant, théâtre, vidéo et pose la question de ce qui fait collectif. Elle travaille également avec Blanche Lafarge autour d'une pratique d'art digital, qu'elles expérimentent au sein de différent projets, notamment à la Factatory et aux aux Ateliers Médicis en 2021.

Graham Janna

Intervenant·e·x·s

https://www.gold.ac.uk/visual-cultures/staff/graham-janna/

Fontanet Aurélien

Étudiant·e·x·s 2018-2020

Actuellement, Aurélien Fontanet milite avec le collectif Inhobikwa et l’association La caravane sans frontières, qu’il a co-fondé. À travers la photographie, il développe des formes d’expressions participatives pour rendre visibles des luttes sociales, qu'il présente également dans le cadre d'évènements ou d'expositions.

Braillard Laura

Étudiant·e·x·s 2017-2019

Rinsoz Lore

Étudiant·e·x·s 2018-2020

Miffon Arthur

Étudiant·e·x·s 2014-2016

Bailat Louise

Étudiant·e·x·s 2014-2016

Chladek
 Isabelle

Intervenant·e·x·s

https://ciefolledeparole.com/couper-la-tete/

Broccard Charlotte

Étudiant·e·x·s 2020-2022

Originaire de Genève, Charlotte est une illustratrice et créatrice de contenu multimédia allant de l’animations aux jeux vidéo. Après un bachelor à l'ECAL, elle choisit de poursuivre son cursus en master TRANS – et pars en deuxième année en erasmus à l'ERG, à Bruxelles. Elle s’intéresse aux relations humaines et célèbre ces liens à travers son travail. Elle enseigne les arts visuels en élémentaire à Genève, et anime également des workshops de peinture pour adulte, enfant et adolescent·e·s.

Pollet Naïma

Étudiant·e·x·s 2019-2021

Naïma Pollet s’est intéressée aux études de genre après un Bachelor en graphisme. En 2017, elle a co-organisé le fesse-tival, évènement Genevois qui cherche à ouvrir un espace de dialogue sur toutes les formes de sexualités au travers d’expos, d’ateliers, de performances… De manière ludique et joyeuse. En master TRANS —, elle a poursuivis son travail sur la sexualité en tant que sujet politique. Dans son projet de diplôme Désire désirs, elle a créé « un espace pour imaginer des nouvelles manières d’appréhender les désirs, les plaisirs, les sexualités et les corps » sous la forme d’une installation performative. 

Vuckovic Sanja

Étudiant·e·x·s 2014-2016

Motalaei Ahmad

Étudiant·e·x·s 2016-2018

Helguera Pablo

Intervenant·e·x·s

http://pablohelguera.net/

Chabanon Eve Gabriel

Enseignant·e·x·s

Au grès de ses formations théoriques, de ses expériences artistiques et de ses engagements sociaux auprès d’associations, Ève Gabriel Chabanon a forgé une pratique hybride questionnant le rapport au travail et aux constructions collectives, politiques et économiques au travers de collages d’éléments mêlant textes, films, céramiques et objets sculpturaux. Son œuvre rassemble, coordonne et modère des personnes de différents horizons pour infiltrer les mécanismes de systèmes (financiers, culturels, démocratiques) lui servant aussi plus largement à interroger les codes de l’art et ses possibilités à développer de nouveaux espaces de compréhension et de diffusion. Les formes produites génèrent une théâtralité distanciée et l’introduction d’un cadre fictionnel qui interroge les positions sociales de chacun. 

Ève Gabriel Chabanon (néxe en 1989, vit et travaille à Bruxelles) est diplômée de la Haute École des Arts du Rhin (HEAR). En 2016 iel participe à l’Open School East, Londres/ Margate. Iel a été artiste en résidence à White House, Dagenham (2017), au FRAC Grand Large à Dunkerque (2018), à Te Whare Hēra, Wellington, Nouvelle Zélande (2019), et à Moly Sabata (2020). En 2018, iel a obtenu le Prix Science Po pour l’Art Contemporain pour son projet The Anti-Social Social Club: Episode One, The Chamber of the Dispossessed. Son projet du Surplus est exposé à Lafayette Anticipations (2018) puis développé en trois chapitres à Bétonsalon - Centre d'art et de recherche, Paris (2020) ; Westfälischer Kunstverein, Münster, Allemagne (2020) et au Beursschouwburg, Bruxelles (2021). Son travail a été exposé à Massy University, Wellington (2019), au CAC Chanot, France (2019), Palais de Tokyo, Paris (2018), à La South London Gallery (2018) ou encore au Parc Saint Léger, France (2016). Iel conduit un PhD conjointement à l’Université de Paris et à la Villa Arson (Nice, France). 

Ayrton Delphine

Étudiant·e·x·s 2018-2020

Delphine Ayrton prête une attention méticuleuse au soin des mots. Tant en anglais, qu’en français, elle s’amuse à lier un langage châtié, puis moderne à la fois. Elle réalise des études en philosophie et histoire de l’art, saisissant chaque opportunité pour filer à l’étranger. Après avoir assisté une rédactrice en chef à la réalisation d’un magazine culturel pour l’agence Prisma Media à Paris, elle se tourne vers le théâtre, qui semble pouvoir réunir ses multiples points d’intérêts, la langue, le corps, les aventures, l’esthétique. Ainsi, elle part étudier en Biélorussie, suivre un enseignement dit de tradition théâtrale russe. À son retour en Suisse, elle reprend des études et intègre le master TRANS — en 2018. Au fil de ce cursus, elle a co-fondé le collectif dandelion qui propose des balades sensitives pour enfants et adultes, notamment sur la Robert Walser Sculpture à Bienne. Elle compose la musique et joue dans un spectacle pour enfants qui a pour thème le courage. Désormais, elle s’essaie à la radio avec le projet de la Vague à Genève, elle enseigne l’anglais à l’école Steiner, co-gère avec sa famille un centre de musique de chambre au sud de la France (Cratoule) et ne rate pas une occasion pour s’engager dans une aventure théâtrale.

Lourenço Ana

Étudiant·e·x·s 2021-2023

Johannsdottir Margret

Étudiant·e·x·s 2015-2017

Sadeghi-Esfahlani Sareh

Étudiant·e·x·s 2018-2020

Ferrati Giulia

Étudiant·e·x·s 2017-2019

Giulia Ferrati est une médiatrice culturelle expérimentée, une enseignante de théâtre et une écrivaine de littérature pour enfants. Diplômée en BA Dramaturgie et Arts de la Scène de la Royal Holloway University of London et MA Art socialement engagé, Médiation et Éducation de la HEAD de Genève, Giulia a plus de 10 ans de pratique artistique au Royaume-Uni, en Italie, en Irlande et en Suisse. Par son travail, Giulia veut apporter une transformation positive par l'expérience et la pratique du théâtre chez les enfants et adultes de tous âges.  Elle est la fondatrice du théâtre flamboyant, compagnie théâtrale qui a comme objectif le développement de projets d'art socialement engagés dans les écoles, fondations et institutions en Suisse Romande.

Martin Do Carmo Daniela

Étudiant·e·x·s 2018-2020

Su Yan

Étudiant·e·x·s 2016-2018

Florez Matylda

Étudiant·e·x·s 2022-2024

Jacobs Eliana

Étudiant·e·x·s 2019-2021

Menghini
 Mathieu

Intervenant·e·x·s

http://lamarmite.org/team/mathieu-menghini-2/

Boubaker Selim

Étudiant·e·x·s 2016-2018

Azzeg Sahara

Étudiant·e·x·s 2022-2024

Veillon Luisa

Étudiant·e·x·s 2014-2016

Marboeuf
 Olivier

Intervenant·e·x·s

https://olivier-marboeuf.com/

Grenier Brian

Étudiant·e·x·s 2020-2022

Wochenklausur


Intervenant·e·x·s

http://www.wochenklausur.at/index1.php?lang=fr

Omondi Thomas

Étudiant·e·x·s 2018-2020

Lang Kim

Étudiant·e·x·s 2022-2024

Wasserman Sophie

Étudiant·e·x·s 2020-2022

Formée au sein du Master TRANS — et du Master Arts de la Scène de Paris VIII, Sophie se définit aussi bien comme artiste que médiatrice. Sa pratique artistique s’axe autour de la performance, de l’écriture, du design d’espace et de situations, jouant sur des formats artistiques site specific et in socius à la lisière entre représentation, participation, activités quotidiennes ou, telles qu'elle le conçoit, ‘‘thérapeutiques’’. Elle utilise des objets relationnels, des textes et la scénographie comme outils afin de créer une interface entre soi, son environnement et l’expérience collective en train d’être vécue. Dans ses derniers travaux, - et notamment son projet de diplôme Parfois il arrive que les fleurs poussent des rochers - elle construit des espaces intimes par le biais de performances somatiques ou théâtrales, au sein desquels s’élaborent de multiples histoires. La rencontre, la mise en réseau ou la discussion font partie de son processus de création et deviennent des moteurs dramaturgiques. Cette approche par le vécu fait que le résultat n’est jamais produit d’avance. Sa recherche artistique questionne ainsi l’agentivité de l’écriture et de la parole aujourd’hui : qui parle et d’où parle t-on ? Depuis 2020 elle est également engagée au sein du collectif éclairage public, qui propose des ateliers de théâtre de l'opprimé.e.x.s en Suisse.

Antognini Paola

Étudiant·e·x·s 2019-2021

Brügger Flurina

Étudiant·e·x·s 2021-2023

Sreekumar Kim

Étudiant·e·x·s 2017-2019

Breviglieri
 Marc

Intervenant·e·x·s

https://www.utopiana.art/en/marc-breviglieri

Martin-Taton Jeanne

Étudiant·e·x·s 2017-2019

Originaire de Montpellier, Jeanne Martin-Taton étudie le design textile à Lyon avant de poursuivre son cursus en master TRANS — en 2017. Elle y développe une recherche sur l’autodidactie dans la création artistique, et réaménage en parallèle L’aventure, un voilier de 6m10. Elle décide d’en faire un projet manifeste prétexte à la création ; grâce à une immersion dans l’univers du nautisme, elle établie des parallèles avec celui du textile. Mis à l’eau en 2022 à Toulon, cette plateforme artistique itinérante accueille ses premiers résidents pour une proposition singulière. Elle travaille également depuis plusieurs années avec Marie-Marie Vergne, avec qui elle forme le collectif Les Crafties qui réalise des projets pluridisciplinaires, allant du textile à l’objet en passant par la scénographie. 

Poudret Antoine

Étudiant·e·x·s 2017-2019

Tinarrage Virgile

Étudiant·e·x·s 2021-2023

Subias Sîta

Étudiant·e·x·s 2019-2021

Sîta a une pratique d'artiste-designer, centrée sur l'expérimentation de dispositifs qui mêlent production de matériaux expérimentaux et connaissances biologiques. Sa formation en design d’espace et graphisme l’a poussée à développer un travail critique sur l’espace public, ainsi que des réflexions au sujet de l’animalité et des cohabitations interespèces. Elle mène actuellement des recherches sur la culture de symbioses microbiennes de Kombucha et sur la production de connaissances biologiques, recherches débutées dans le cadre de son Master en pratiques artistiques socialement engagées. Elle cultive un fort intérêt pour l’expérimentation matérielle et les technologies low tech, ainsi que pour la réappropriation et la co-construction des savoirs liés au vivant. Alors que les frontières entre nature/culture et humain·x·e·s·/ non-humain·x·e·s sont de plus en plus floues, elle s’intéresse aux manières dont les humain·x·e·s perçoivent, comprennent et s’adaptent à leurs environnements changeants. Son projet de diplôme Culture est une installation performative qui met en scène un processus de fabrication de matière organique.

Toso Quentin

Étudiant·e·x·s 2022-2024

Serez Romane

Étudiant·e·x·s 2020-2022

Rothwell Rachel

Étudiant·e·x·s 2017-2019

Rachel Rothwell est une artiste irlandaise, actuellement basée entre Wexford et Londres. Elle a obtenu le Master TRANS en 2019. Sa pratique artistique s’inspire de notre environnement et de la façon dont nous interagissons avec les espaces communs. S’intéressant aux questions de communauté, d’appartenance et d’identité au sein de ces espaces, son travail l’amène à s’interroger sur la société. En 2020, elle a reçu une bourse de la ville du Wexford et de Creative Ireland pour son projet Wexford Stories, une plateforme hybride avec laquelle elle récolte des histoires personnelles, des mémoires et des poèmes du public qui possèdent un lien avec la région. Elle les archive et les transforme dans une cartographie digitale qui reflète les lieux importants pour les gens du Wexford. Depuis 2020, elle fait partie du Living Arts Project, cette année comme artiste principale. Ce projet invite des artistes contemporain·e·s à faire des résidences dans les écoles primaires et des créations artistiques avec les enfants. Ces œuvres sont ensuite exposées au Wexford Arts Centre. En 2021, elle a fait une formation à distance avec le Create & Counterpoint Arts Autumn School on Cultural Diversity and Collaborative Practice. Avec d'autres artistes de sa région, elle a noté la difficulté d'établir un réseau créatif en dehors de l’environnement urbain. Ils ont donc formé South East Artists Network pour promouvoir la collaboration créative à Wexford. En 2021, elle a reçu un Agility Award du Arts Council of Ireland, avec lequel elle a fait des entretiens avec des artistes, des éducateurs et des acteurs culturels dans le domaine de l’art socialement engagé en Irlande. De ces conversations est née la publication digitale Talking Out Loud, qui a été lancée en février 2022 et est librement accessible en ligne. Le master TRANS a constitué l’environnement idéal pour développer sa pratique artistique et l'allier à une réflexion profonde. Ce master lui a également offert des opportunités de monter des collaborations très épanouissantes avec des acteurs culturels et sociaux dans les environs de Genève. Les échanges avec ses collègues, les projets et les séminaires du master TRANS lui ont apporté des références clefs dans son travail et lui ont ouvert un nouveau parcours de recherche dans le domaine de l’art socialement engagé.La collaboration avec d’autres étudiant·e·s dans les projets collectifs, ainsi que les différent·e·s invité·e·s avec leurs perspectives diverses, lui ont permis de découvrir une grande variété de travaux artistiques qui ont nourri ses réflexions et lui ont donné envie de travailler de manière collaborative. Site de Rachel Rothwell  

Bron Deborah

Étudiant·e·x·s 2020-2022

Déborah est issue d’une famille d’agriculteur·ice·s française basée en région Rhône-Alpes. Elle a effectué son cursus scolaire artistique à l’EBANSN à Nantes, l’ESAPB à Biarritz et est diplômée en 2022 du master TRANS –. Ses réflexions et ses recherches tournent autour de la transmission et de l’héritage au sein d’un patrimoine agricole et familial. Son travail plastique et sa manière de fabriquer ressemblent à un atelier de jardin transformé en atelier d’artiste, mélangeant les savoir-faire manuels agricoles, la transmission, les conseils familiaux, les astuces de bricolage, et tout un champ de savoir sur l’art, l’agriculture et la nature qui lui permettent de trouver des solutions pratiques souvent artisanales pour ses productions. Depuis 2021, elle travaille en binôme avec Camille Sevez sur une recherche dans les zones rurales au travers d’un projet artistique collaboratif, Réactiver les lieux. Par leur travail, elles cherchent à questionner leurs rôles en tant qu’artiste dans la transformation rurale qui est en cours, et à tracer des portraits du territoire dans lequel elles interviennent en fonction de ce que les personnes racontent, font et projettent dans ce lieu. Elles ont été lauréate du Prix Art et Humanité en 2022 avec ce projet.

Duyvendak Yan

Enseignant·e·x·s

Yan Duyvendak, néerlandais d’origine, vit entre Genève et Marseille. Formé à l'École cantonale d’art du Valais et l’École Supérieure d’Art Visuel de Genève, il pratique la performance depuis 1995, année de sa première œuvre d ’art vivant : Keep it Fun for Yourself.

Depuis, il enchaîne les créations et les scènes -Festival for performing arts EXIT, Helsinki/ Art Unlimited Basel /Museo Reina Sofia de Madrid/La Bâtie-festival de Genève/ Biennale de Gangju /Image Forum, Tokyo/Ménagerie de verre, Paris/Vooruit, Gand/Festival d’Avignon,/Theaterspektakel, Zurich/Comédie de Genève/Festival TheaterFormen, Hannovre/CDN de Montreuil/Wiener Festwochen/Foreign Affairs, Berliner Festspielen-et s’impose peu à peu comme une référence de la performance helvétique et européenne. S’attachant en particulier à souligner combien les images télévisuelles et mentales, les codes sociaux et autres rituels de la société du spectacle épaississent aujourd’hui l’écran qui se dresse entre l’Homme et la réalité, il réaffirme tout au long de son travail une forme de dignité humaine mise à mal par la société de l’image. Ses créations Made In Paradise (2008), co-signée avec Omar Ghayatt et Nicole Borgeat, Please, Continue (Hamlet) (2011), co-signée avec Roger Bernat, ainsi que Sound of Music(2015), sont sans doute les plus politiques de toutes ses pièces.

Également plasticien, son travail vidéo est présent dans de nombreuses collections publiques et privées, allant du Musée des Beaux-Arts de Lyon au Museum der Moderne (MdM) de Salzburg. Il reçoit durant trois années consécutives le Swiss Art Award, (2002, 2003, 2004), est lauréat du Namics Kunstpreis für Neue Medien (2004) et du Network Kulturpreis (2006). Il bénéficie de plusieurs résidences, allant de la Cité des Arts à Paris, en passant par l'atelier Schönhauser à Berlin (fonds cantonal d'art contemporain, Genève) jusqu’au Swiss Artistic Studio au Caire de Pro Helvetia (2007, 2008, 2009). En 2010, il reçoit le prix le plus prestigieux d'art contemporain suisse, le prix Meret Oppenheim.

De 2012 à 2014 ainsi que de 2014 à 2017, la Compagnie Yan Duyvendak bénéficie d'une convention de subventionnement conjointe de la Ville et du Canton de Genève et de Pro Helvetia -Fondation suisse pour la culture.

En parallèle à son activité artistique, il a été le coordinateur de l’option « art/ action » au sein de la Haute École d’Art et Design (HEAD), Genève, et responsable de l’enseignement d’une performance contemporaine avec, entre autres Christophe Kihm, Maria La Ribot, Lina Sanehet Nicolas Leresche, de 2004 à 2014.

De Battista Emilie

Étudiant·e·x·s 2014-2016

Privet Céline

Étudiant·e·x·s 2014-2016

Mayer Johanna

Étudiant·e·x·s 2020-2022

Artiste-autobiographique et enseignante d’arts visuels dans le Secondaire, Johanna a poursuivi en master TRANS – sa démarche artistique amorcée il y a dix ans, portant sur la thématique de la famille, des récits intergénérationnels en images et de la transmission des souvenirs. À travers ses différents projets et notamment son travail de diplôme Mnémo, elle investit l'univers des sens (le goût, l'odorat, l'ouïe) comme vecteur de souvenirs. Elle est également co-fondatrice du collectif BEAMS créé au sein du master et impliqué aux HUG de Genève, et membre de la ligue Genevoise contre le cancer.

Yoo Byungseo

Étudiant·e·x·s 2021-2023

Tatot Claude-Hubert

Enseignant·e·x·s

Historien de l’art, responsable de l’orientation master TRANS – à la Head–Genève. Il a été chargé de mission école et culture pour le secteur de l’enseignement des arts visuels de l’école primaire Genevoise après avoir dirigé la cellule pédagogique du DIP au Bac. Il avait auparavant été médiateur culturel et du patrimoine aux musées des Beaux-arts de Lyon et de Bourg-en-Bresse, assistant du directeur, chargé des publics et de la collection au Carré d’Art, musée d’art contemporain de Nîmes.

Il a parallèlement mené une activité d’enseignant, chargé de cours à l’Université Lyon II-Lumière, (Histoire de l’architecture et des jardins du XVIe au XXe), Montpellier III -Paul Valéry (nature et art contemporain), Nîmes-Vauban (pratique du projet culturel), Ecole des beaux-arts de Nîmes (culture générale). Il a publié de nombreux articles, dirigé la collection de livres d’artistes pour les enfants « Art y e-tu ? » aux éditions Qui quand quoi et fondé avec Alexia Turlin « Start », journal gratuit d’art contemporain fait par des artistes pour les enfants.

Il est par ailleurs, membre du conseil international des musées, secteur éducation et de l’association internationale des critiques d’art, lauréat de la bourse des médiateurs d’art contemporain de la ville de Genève.

Balli Sandrine

Étudiant·e·x·s 2016-2018

Isler Loriane

Étudiant·e·x·s 2022-2024

Steireif
 Tilo

Intervenant·e·x·s

https://www.tilosteireif.net/about

Tokars Wernick Carolina

Étudiant·e·x·s 2021-2023

Norman Nils

Intervenant·e·x·s

http://www.dismalgarden.com/information/bio

Frommel Simon

Étudiant·e·x·s 2022-2024

Rohrbach Gaëtan

Étudiant·e·x·s 2021-2023

Bethônico Mabe

Enseignant·e·x·s

Mabe Bethônico est une artiste brésilienne qui vit entre Genève et Belo Horizonte. Son travail artistique trouve son origine dans les récits historiques et archives du Brésil colonial. Au cœur de ses travaux, on trouve, entre autres et surtout, l’histoire minière de Minas Gerais. Mabe Bethônico narre les transformations culturelles, politiques et économiques causées par les activités extractivistes au moyen de documents et d’enquêtes de terrain, se concentrant sur les destructions et la vie des travailleurs autour des mines. Elle a travaillé avec des matériaux provenant de collections telles que celles de l’Eisenbibliothek à Schlatt, du Musée d’Ethnographie de Genève, de l’Imperial College de Londres, du musée de géologie de Medellin et d’archives brésiliennes telles que les photographies du secteur minier du Ministère du Travail et de l’Emploi. Mabe est diplômée d’un Master ainsi que d’un doctorat du Royal College of Art de Londres et est membre de World of Matter.

www.mabebethonico.online

Kocher Linda

Étudiant·e·x·s 2022-2024

Saugy Milly

Étudiant·e·x·s 2016-2018

Mugnai Jaïro

Étudiant·e·x·s 2020-2022

Cohendet Marie-Hélène

Étudiant·e·x·s 2018-2020

Mitchell Carisa

Étudiant·e·x·s 2015-2017

Carisa Mitchell (USA, b. 1986) is a Chicago-based artist. She has a multidisciplinary art practice that uses language and image to look at our subjective inside the binary of self and other. Mitchell does this to pose questions of how we function in shared spaces that resemble our cultural inputs as she approaches the subject from language to image in a mixed-media practice, using screen-prints, banners, neon, photography, video, voice, and performance. Here she is interested in our inability to fully communicate and explain who we are while sometimes giving space to say nothing at all. She does this by giving the audience space for self-reflection while using personal stories, pop-culture references such as Disneyland and Snapchat filters, witty humor, algorithmic text, text conversations, online questionnaires, spam emails, and online reviews. Carisa Mitchell received her BFA from the University of Illinois at Chicago and an MFA at HEAD (Haute Ecole d’Art et Design), Geneva. In 2017 she was the prize-winner of the Red Cross – Genève Art Prize with Collectif MNGH. In 2018, she was a prize-winner for New Heads Fondation BNP Paribas Art Awards (Switzerland). Her work has been presented at Art Genève (Geneva, Switzerland), Fri- Art (Fribourg, Switzerland), LOKAL-INT (Biel, Switzerland), LABO (Geneva, Switzerland), Wedge Projects (Chicago, IL ), Mana Contemporary (Chicago, IL), Western Pole (Chicago, IL), and Baby Blue Gallery (Chicago, IL). She has attended UNIDEE Cittadellarte, Fondazione Pistoletto in Biella, Italy, Summer Academy at Swiss Institute in Rome, Italy, and Saas-Fee Summer Institute of Art. My time in the TRANS Master prompted me to ask questions about how art encounters the social and how we put complex subject matters into form. While in the TRANS Master, I was part of the Collectif MNGH, which presented "Lost and Found." Lost and Found was a group effort with Maison de Quartier, Geneva University of Art and Design, and the Ariana Museum, exhibited at the Ariana Museum in June 2016. In 2017, Collectif MNGH was the prize-winner of the Red Cross – Genève Art Prize. In 2018, I took part in the group show Proxy Paradise. During the show's planning, the artists questioned the lack of wages and asked that the prize money be split between the 11 artists. Out of the two New Heads Fondation BNP Paribas Art Awards, one prize was awarded to all the artists and one to an artist. Site de Carisa Mitchell

Wyss Frédéric

Étudiant·e·x·s 2021-2023

Guerrero Isabel

Étudiant·e·x·s 2016-2018

Meyer Naomi

Étudiant·e·x·s 2020-2022

Duval Charles

Étudiant·e·x·s 2018-2020

Küeng Julie

Étudiant·e·x·s 2021-2023

Rester. Étranger


Intervenant·e·x·s

http://rester-etranger.fr/

Hemmi Hugo

Étudiant·e·x·s 2015-2017

Depuis ma sortie du master, j'ai développé mon travail dans le cadre de plusieurs résidences telles qu'à Islington Mill - Manchester qui s'est finalisé avec l'exposition "Spirits of the Mill", 2017 soutenue par l’Embassy of Foreigns artists de Genève et le canton de Genève. Puis à Barcelone avec le programme de résidence Barproject qui s'est conclue par l’exposition «Fenòmens de l’absència», 2018, au Centre d’art contemporain Fabra i Coats. Dans le cadre d'une invitation au musée suisse de la céramique et du verre, j'ai créé l'exposition « Blue Sky », 2019, avec un groupe de mineurs non accompagnés. J'ai ensuite réalisé le court métrage « Les navigatrices », 2020, dans le cadre d’une résidence artistique dans le quartier des Libellules, mis en place par le Service culturel de la ville de Vernier. Cette même année au centre d'art contemporain Genève, j'ai développé le projet collaboratif "So we stay" qui a donné lieu à une performance au centre. En 2021, j'ai participé à une résidence de recherche de 5 mois à la cité des arts de Paris dans le cadre de la bourse ville de Genève - Fondation Patiño. Actuellement, je travaille sur le projet "Archive du présent” qui consiste à créer une collection d'objets d'aujourd'hui fictivement retrouvés dans le futur. Je suis actuellement en résidence artistique à Gävle en Suède afin de réaliser une présentation de mon travail au Länsmuseet Gävleborg et un workshop pour les étudiants-artistes de l'école d'art Konstskolan. Je prépare pour l'automne 2022 un projet d'exposition avec des membres de la fédération suisse des aveugles et malvoyants grâce à la bourse de médiation en art contemporain du Fonds d'art contemporain de Genève dont je suis lauréat cette année. Suite à mon bachelor en travail social, j'ai poursuivi mon cursus dans le master Trans–. Cette enseignement m'a ouvert de nouveaux horizons socio-artistiques. En m'encourageant à développer une réflexion critique exigeante sur mon travail artistique dans le cadre de projets concrets.  Les artistes-intervenant.e.s invité.e.s dans le cadre du master ainsi que mes tut.rice.eur.s m'ont formé dans le développement de ma pratique artistique en m'invitant à participer aux discussions et workshops novateurs portant sur l'intersection des enjeux sociaux et artistiques. La possibilité d'être engagé dans des projets de recherche artistique s'inscrivant dans le réel m'a permis de poursuivre à la sortie de l'école les collaborations initiées dans le cadre du master notamment avec le musée suisse de la céramique et du verre, le service culturel de Vernier et le CICR. A propos du travail d'Hugo Hemmi : son site instagram  

Chen Vivian

Étudiant·e·x·s 2019-2021

Mörsch
 Carmen

Intervenant·e·x·s

https://kunsthochschule-mainz.de/contact/carmen-moersch/

Montessuit Antoine

Étudiant·e·x·s 2017-2019

microsillons

Enseignant·e·x·s

Créé en 2005 à Genève par Marianne Guarino-Huet et Olivier Desvoignes, le collectif microsillons développe des projets artistiques collaboratifs engagés dans une réflexion sociale et citoyenne, en s’appuyant sur des stratégies issues des pédagogies critiques et féministes.

Le collectif a collaboré avec de nombreuses institutions culturelles dont le Garage (Moscou), le 116 – centre d’art contemporain (Montreuil), VANSA (Johannesburg), le WYSPA Institute (Gdansk), le Centre d’art contemporain du Parc St-Léger ou Le Centre d’art contemporain Genève, où il a été en charge des projets de médiation entre 2008 et 2010. Depuis 2015, microsillons est responsable du Master TRANS– Pratiques artistiques socialement engagées, à la HEAD – Genève.

microsillons a participé à plusieurs recherches soutenues par le Fonds national suisse de la recherche scientifique et fait actuellement partie de l’équipe de coordination du projet international “Intertwining Hi/Stories of Art Education”. Le collectif est lauréat d’un Swiss Art Award (2008) et d’une bourse pour médiateur en art contemporain de la Ville de Genève (2007).

Olivier Desvoignes est détenteur d’un PhD de la University of the Arts London, d’un Master en Lettres de l’Université de Neuchâtel et d’un diplôme d’études supérieures de la HEAD (Programme de recherche CCC).

Marianne Guarino-Huet est détentrice d'un PhD de la University of the Arts London, d’un Diplôme National Supérieur d’Arts Plastiques de l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Paris ainsi que d'un diplôme d’études postgrade au sein du programme de recherche CCC de la HEAD.

www.microsillons.org

Hirschhorn Thomas

Intervenant·e·x·s

http://www.thomashirschhorn.com/

Kunzendorff Laís

Étudiant·e·x·s 2021-2023

Girard Cami

Étudiant·e·x·s 2020-2022

Raboud Agathe

Étudiant·e·x·s 2019-2021

Après avoir étudié au Conservatoire d’art dramatique de Genève, Agathe Hazard Raboud passe trois ans à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle et obtient une licence d’études théâtrales. Elle intègre ensuite la Manufacture, Haute école de théâtre de Suisse romande à Lausanne ou elle travaille avec, entre autres, Arpad Schilling, Frank Vercruyssen, Maya Bösch... À sa sortie elle assiste Mathieu Bertholet lors de la création du spectacle Berthollet, et obtient un CAS (certificate of advanced studies) en performance sous la direction de Stephanie Lupo. En 2019 elle intègre le master TRANS —, au sein duquel elle crée sa performance Espace de force et de joie qui invite à réfléchir de façon collective à une éthique à adopter dans le milieu de l'art, et sur une nouvelle manière de travailler ensemble. Au cours de son cursus, elle a co-créé le collectif Care Club impliqué à Belle-idée à Genève, avec lequel elle a conçu le site interactif écoute belle-idée. En parallèle, elle est également la co-fondatrice de radio 40, web-radio indépendante Lausannoise.

Romero Valeska

Étudiant·e·x·s 2020-2022

Nurock Oryana

Étudiant·e·x·s 2019-2021

" Depuis mon entrée en master TRANS – en 2019, mes expérimentations oscillent entre art, collectif et empathie. J’y ai développé un intérêt particulier à échanger et écouter des expériences individuelles en récoltant des témoignages, des discussions et de même en organisant des workshops. Je cherche par ces moments partagés à remettre en question nos hiérarchies sociales en valorisant nos émotions et nos vécus. Le dialogue est un outil privilégié qui à mon sens, même s’il peut être conflictuel permet de se rapprocher au plus près d’une horizontalité sociale. C’est aussi pour cela, qu’avec le collectif Wendy (anciennement Sindy) dont je fais partie, la création d’un syndicat au sein de la HEAD était plus qu’une évidence. Parallèlement dans mes projets personnels, j’ai toujours essayé de m’approcher des expériences individuelles de chacun·e. En tant qu’artiste, je prends pour devoir de donner un espace et des outils pour favoriser ces communications. Que ce soient au moyen de cartes illustrées, d’expéditions performatives ou de dessins collectifs. " En parallèle de sa pratique artistique, Oryana se forme actuellement pour enseigner les arts visuels dans le secondaire.

Gross Sebastian

Étudiant·e·x·s 2020-2022

Sébastian Gross est né en 1989 à Genève. Après un Bachelor en design graphique à l’ECAL, il intègre le master Trans- à la HEAD. Il y poursuis une recherche dans la continuité de son projet collaboratif Loveway réalisé en 2020 - pour lequel il est lauréat d'une bourse de la ville de Genève - dans lequel il offre une performance artistique mêlant un flux vidéo et une plateforme live afin de mettre en lumière le phénomène du « broutage » et les importantes disparités qui existent entre l’Afrique et l’Occident. Dans son travail, il invite le spectateur à prendre conscience du système d’exploitation et des préjugés existants afin de les déconstruire. Au sein du master, il réalise +243 un projet artistique qui convoque l'amitié, l'échange et l'exil.

La Rosa Luana

Étudiant·e·x·s 2021-2023

Lugon Laura

Étudiant·e·x·s 2022-2024

Meister Eva

Étudiant·e·x·s 2020-2022

Après un Bachelor en illustration à la HSLU Design & Kunst à Luzern, Eva continue son cursus en master TRANS — pour y développer une recherche sur la précarité étudiante et le triple statut étudiant.e.x/artiste/travailleur.euse.x sous la forme d'une bande dessinée. En parallèle de ses mandats d'illustration, elle se forme actuellement pour enseigner les arts plastiques dans le secondaire

Cedeño Cindy

Étudiant·e·x·s 2020-2022

« En tant que médiatrice, ma pratique est liée à faire agir le collectif, faire ressortir les récits des personnes et offrir un temps pour la parole. Etant issue de l'immigration, mes projets performatifs sont fortement liés aux luttes antiracistes, décoloniales et féministes. Je mène actuellement une recherche où je remets en question le statut de citoyen·ne. » Au cours de son master, Cindy a développé cette recherche sur la citoyenneté en parallèle de son travail au sein de son association La Red de Tamboreras de Suiza, espace de résistance sonore à travers les tambours traditionnels des Caraïbes colombiens. Avec ce réseau, les femmes de ce collectif créent des espaces sûrs pour faire prendre conscience de leur force individuelle, et soutiennent les revendications féministes. Cindy a proposé une performance avec son collectif pour son diplôme : Art, espace public et citoyenneté, et poursuis activement son engagement au sein de cette association qui se déploie dans diverses manifestations ou évènements en Suisse.

Bidaut Marie

Étudiant·e·x·s 2019-2021

Sternfeld Nora

Intervenant·e·x·s

https://www.bakonline.org/person/nora-sternfeld/

Preston Marie

Intervenant·e·x·s

https://www.marie-preston.com/

Izzo Alice

Étudiant·e·x·s 2015-2017

Illustratrice née à Genève, Alice entame un cursus en géographie avant de reprendre des études d'arts visuels en master TRANS —. Aujourd’hui, elle a une pratique polymorphe - elle dessine, expose, crée des lignes de vêtements, peint des fresques… au sein de différents projets en Suisse. Elle est également co-créatrice du studio les amazones, espace indépendant dédié à l’art qui abrite un studio de tatouages, une boutique de création et un espace d’exposition.

Chénin Mathilde

Intervenant·e·x·s

Née en 1980, vit et travaille en territoire transfrontalier.

Assistante du Master Trans-, elle assure aussi certains enseignements.

Au sein de sa pratique, qui privilégie les versions et les processus et fait de la collaboration un temps essentiel de ses recherches, Mathilde Chénin explore les formes créées par l’être ensemble au moyen d’écritures élargies et performatives. Elle élabore ainsi des architectures immatérielles et utopiques, des jeux, des systèmes, des généalogies, des partitions et autres Collective Large Objects.

Son travail s’est notamment développé au sein de résidences de recherche (La Box, 2013 ; Coopérative de recherche, ESACM, 2014-2015) et de groupes de recherche transdisciplinaires (Un institut métaphorique 2015-2018 ; MacSup 2020), et a été présenté à l’occasion du Nouveau Festival, (Centre Pompidou, 2015), à la BF15 (Lyon, 2016), à la Galerie CAC (Noisy-le-Sec, 2015), au Salon de Montrouge (2017) et au FRAC Paca (2018).

En 2016, elle co-fonde le projet bermuda — projet en cours de construction d'ateliers mutualisés de production et de recherche artistique (Sergy, FR) — aux côtés de Maxime Bondu, Bénédicte Le Pimpec, Guillaume Robert et Julien Griffit. Elle poursuit depuis 2018 une recherche doctorale qui s’intéresse aux formes contemporaines de cohabitation-en-artiste et à la manière dont les artistes font forme en habitant ensemble. (HEAD—Genève ; Laboratoire de Sociologie Urbaine, EPFL Lausanne).

www.mathildechenin.org

www.bermuda.pm

Ischer Morgane

Étudiant·e·x·s 2019-2021

" Le dessin est ma pratique principale, avec une exploration de la ligne, dans une recherche d’épure et de spontanéité, mais également un travail autour de la couleur. Fascinée par les techniques de reproduction des images et le papier, mes dessins sont souvent conçus pour être reproduits, par des techniques d’impression ou d’estampage. Le travail collectif est une composante importante de mon activité artistique. Je suis ainsi investie dans plusieurs collectifs : Avec les éditions Spiegelei, fondées avec Milena Buckel et Nicole Murmann, nous créons des objets et des éditions papiers en éditions limitées. Nous privilégions les thématiques engagées (féminisme, écologie, solidarités...), ainsi que des modes de productions locaux et à faible impact écologique. Le collectif Marie-Louise, privilégie la pratique du dessin in situ. En plus d'une pratique régulière et collective du dessin, nous nous investissons dans des projets artistiques qui, nous permettent de réfléchir collectivement à des dispositifs permettant d’exercer et de montrer notre travail dans l’espace public. Créé avec Alice Perritaz et Léonie Marion, LiMONADE est un collectif qui aime aller à la rencontre des gens et partager ses préoccupations environnementales et sociales. Nous investiguons les relations entre le personnel et le commun, et mettons en résonance cette pluralité de rapports au monde au travers de formes artistiques variées. Outre ma pratique artistique, je suis également médiatrice culturelle au sein de l’association que j’ai cofondée : Destination 27, qui œuvre à rapprocher les milieux culturels et sociaux pour permettre à chacun·e le plein exercice de ses droits culturels. Cette activité me permet d’allier mes connaissances artistiques et culturelles à un engagement social. La proximité grandissante de ma pratique artistique et de la médiation culturelle telle que je la pratique avec Destination 27, me pousse à envisager de futurs projets hybridant ces deux domaines d’action. " Diplômée du  master TRANS— en 2021, Morgan y a écrit un mémoire qui rassemble des réflexions sur le faire en collectif intitulé Faire commun pour changer le monde. 

Méchain Flor

Étudiant·e·x·s 2021-2023